Intégrer les migrants : quelles solutions ?


L'intégration des réfugiés, des migrants temporaires et ceux en situation d'irrégularité suscitent maintes réflexions de la part des responsables politiques et des associations. Les mesures de facilitation d'embauche, l'assouplissement des procédures, la sensibilisation sont à l'ordre du jour.

Faciliter l'embauche des migrants

De nombreuses associations et responsables politiques ont identifié l'insertion professionnelle rapide comme une solution pour intégrer les migrants. Concernant les réfugiés par exemple, la possibilité existe de faciliter les taux d'embauche à travers des mesures telles que :

  • l'appui des entreprises de grande taille et des réseaux d'entrepreneurs locaux ;
  • une reconnaissance des compétences professionnelles du demandeur d'asile ;
  • une augmentation des recrutements au niveau des secteurs en manque de ressources humaines tel que la santé.

La levée des restrictions limitant l'accès des migrants (demandeurs d'asile) aux emplois de la fonction publique est également envisageable. En effet, il est obligatoire à toute personne désireuse de travailler au poste de fonctionnaire d'avoir la nationalité française. Ceci constitue un frein à l'intégration du migrant, même s'il est détenteur d'un permis de travail.

Assouplissement des procédures d'accueil

Actuellement, les procédures d'accueil du migrant présentent des lourdeurs qui peuvent être levées par l'adoption de nouvelles lois. Comme solution pour intégrer les migrants temporaires, il peut être opportun de réduire la chaîne des acteurs impliqués dans le processus. Ceci a le bénéfice de diminuer l'impact des lourdeurs administratives sur le temps nécessaire à l'obtention d'un titre de séjour.

Cette solution peut convenir également pour résoudre les situations de lenteur constatée au niveau de l'intégration des réfugiés. En complément de cette mesure, plusieurs associations ont émis comme proposition, que des permanences soient mises en place. Elles permettraient de mieux renseigner les migrants nouveaux venus sur les dispositifs prévus pour faciliter l'accomplissement des démarches d'accueil.

Concernant les réfugiés, le raccourcissement du temps nécessaire à l'obtention du statut de demandeur d'asile constituerait une réelle avancée. L'octroi de moyens matériels et humains aux acteurs institutionnels peut aider à ramener la durée de la démarche à moins de six mois.

La sensibilisation des acteurs politiques et des populations

L'autre piste de solution pour intégrer les migrants est d'entreprendre des actions de sensibilisation des acteurs politiques et du citoyen lambda. Initier des rencontres publiques destinées à promouvoir des comportements plus responsables vis-à-vis du phénomène de la migration est par exemple envisageable.

En effet, un meilleur regard des populations sur les migrants, quel que soit leur statut (irrégulier, temporaire ou réfugié), peut susciter plus de bénévolat. En s'engageant au sein d'une association, le bénévole participe à sensibiliser une masse importante de citoyens sur le sort du migrant. Ceci peut augmenter les dons en faveur des personnes immigrées en situation précaire.

ch be lu ca